Ouvrir la recherche
Dossier

Paris s'engage pour les habitants des quartiers populaires

Mise à jour le 15/10/2020
Les inégalités sociales et urbaines se concentrent principalement dans les quartiers dits "politique de la ville" où vivent environ 390 000 Parisiennes et Parisiens. La politique de la ville œuvre pour assurer l’égalité entre les territoires et pour améliorer les conditions de vie des habitants des quartiers populaires.

Les quartiers populaires parisiens

La politique de la ville en quelques mots
Réduire les inégalités territoriales en développant des projets locaux correspondant aux besoins des habitants et des acteurs des quartiers populaires, tel est l’objectif de la politique de la ville.Cette politique globale en faveur des habitants entend agir aussi bien pour :
  • l’emploi
  • l’amélioration du cadre de vie
  • l’éducation
  • le développement économique
  • l’accès à la culture, aux loisirs et à la santé
  • l’égalité femmes-hommes, l’apprentissage du français
  • ou tout autre sujet d’importance pour le quartier…
Les habitants au cœur de l'action
Elle agit pour les habitants et avec eux, en favorisant leur participation à l’élaboration, au suivi et à l’évaluation des programmes d’actions et en les associant étroitement aux projets mis en œuvre.La politique de la ville repose sur l’implication de très nombreux partenaires : l’État, la Région, les bailleurs sociaux, les associations, Pôle emploi, la Caisse d’allocations familiales…
Les équipes de développement local
Pour accompagner les projets dans ces territoires, neuf équipes de développement local – composées de chargés de développement local et d’un.e cheffe de projet – sont réparties, au plus près de vous, dans les huit arrondissements concernés. Dans le 10e, l'équipe de développement local est établie au 19, passage du Buisson-Saint-Louis. Elle est joignable au 01 42 46 40 50.

Agir pour les quartiers populaires

La politique de réduction des inégalités territoriales à Paris
La "politique de la ville", politique publique nationale déclinée localement, vise la réduction des inégalités territoriales en développant des projets locaux correspondant aux besoins des habitants et des acteurs des quartiers populaires.Cette politique globale en faveur des habitants entend agir aussi bien pour l’accès à l’emploi, l’éducation, le logement, les espaces publics, la prévention de la précarité, l’accès aux droits, à l’offre de loisirs, à la culture, à la santé…
Contrat de ville 2015-2020 et projets de territoire
Cette politique globale et partenariale engage l’ensemble des acteurs signataires à mener des actions concrètes afin d’atteindre les objectifs formulés collectivement dans le contrat de ville parisien et les projets de territoire à l’échelle locale.
À l’échelle de la Ville de Paris, le contrat de ville parisien, signé par une quarantaine de partenaires (collectivités locales, services de l’Etat, bailleurs sociaux, la Caisse des dépôts et consignations, Pôle emploi, la Caisse d’allocations familiales…etc.) définit les grandes orientations des actions à mener au sein des quartiers politique de la Ville pour la période 2015-2020.Ces orientations se déclinent entre trois grands axes d’intervention :
  • Axe 1 : accompagner les parcours et prévenir les ruptures
  • Axe 2 : vivre sa ville et son quartier
  • Axe 3 : dynamiser les quartiers dans la ville
A ces trois axes transversaux, s’ajoutent trois priorités transversales :
  • la jeunesse
  • l’égalité femmes/hommes
  • la lutte contre les discriminations.
À l’échelle des quartiers politique de la ville, 9 projets de territoire ont par ailleurs été élaborés de manière participative afin de récolter les besoins des habitants et acteurs locaux pour l’élaboration d’objectifs et actions concrètes déclinées localement jusque 2020.
L’observatoire des quartiers populaires de l’APUR
Depuis 2005, la collectivité parisienne s’est dotée d’un précieux outil d’observation de la situation dans les quartiers. Cet Observatoire des quartiers, animé par l’Atelier parisien d’urbanisme (APUR), s’appuie sur une base de données qui comporte 150 indicateurs provenant de l’Insee, des Caisses d’allocations familiales (parisienne et nationale), des services de l’Etat (Rectorat, DGI, etc.), permettant ainsi une vision synthétique et complète de l’évolution des quartiers.
Quelques chiffres illustrant la situation des quartiers (2019)
QUARTIERS POPULAIRES PARIS
389 674 habitants en quartiers populaires 2 229 621 à Paris
30,2% de jeunes de moins de 25 ans 27,8% à Paris
18,2% de personnes de plus de 60 ans 20,9% à Paris
28,5% d’immigrés 20,4% à Paris
35,4% de familles monoparentales 29,4% à Paris
20,2% de foyers à bas revenu 11,4% à Paris
15,6% de chômeurs 10,9% à Paris
46,9% de logements sociaux SRU 19,2% à Paris
QUARTIERS POPULAIRES
389 674 habitants en quartiers populaires
PARIS
2 229 621 à Paris
30,2% de jeunes de moins de 25 ans
PARIS
27,8% à Paris
18,2% de personnes de plus de 60 ans
PARIS
20,9% à Paris
28,5% d’immigrés
PARIS
20,4% à Paris
35,4% de familles monoparentales
PARIS
29,4% à Paris
20,2% de foyers à bas revenu
PARIS
11,4% à Paris
15,6% de chômeurs
PARIS
10,9% à Paris
46,9% de logements sociaux SRU
PARIS
19,2% à Paris
Le développement local comme moyen d’action au cœur des quartiers populaires
Pour la mise en œuvre locale de la politique de la ville à Paris, la collectivité parisienne a fait le choix de déployer des équipes de développement local dans chacun des arrondissements comptant des quartiers populaires.
Ainsi, au-delà de la mobilisation des acteurs des politiques publiques traditionnelles les quartiers constituent des lieux particulièrement propices à l’expérimentation d’actions menées à partir des dynamiques des territoires, en co-construction avec les habitants et en s’appuyant sur les nombreuses ressources existantes.
Elle agit pour les habitants et avec eux, en favorisant leur participation à l’élaboration, au suivi et à l’évaluation des programmes d’actions et en les associant étroitement aux projets mis en œuvre.

Les dispositifs spécifiques

La gestion urbaine de proximité
La démarche de gestion urbaine de proximité (GUP), mise en place en 2002, a été généralisée à l’ensemble des quartiers populaires de la politique de la ville en 2008 avec le CUCS, et désormais dans le cadre du contrat de ville et des projets de territoire. Ce dispositif vise à améliorer le cadre de vie et la gestion quotidienne des quartiers en politique de la ville.
La GUP s’inscrit dans une démarche partenariale, associant de nombreux partenaires : les services de la Ville, les habitants, les amicales de locataires, les conseils citoyens, les bailleurs sociaux, les associations locales. Elle combine une approche gestionnaire et technique (repérage des dysfonctionnements urbains à l’aide de cellules de veille technique qui assurent la réactivité des acteurs) et une démarche de projet, davantage sociale et stratégique (requalification d’espaces délaissés et/ou sans usage, sensibilisation des habitants, gestion et fonctionnement des équipements).
Ainsi, la GUP permet de construire un diagnostic partagé avec l’ensemble des acteurs de terrain, afin de répondre aux dysfonctionnements recensés et aux besoins et attentes des habitants. À ce titre, une diversité d’axes ont été développés, tels que la gestion des encombrants, le tri des déchets, la gestion et la propreté des espaces publics, des équipements extérieurs, et espaces communs ainsi que les actions de médiation, de communication.
Pour en savoir plus, cliquez ici.
Tous mobilisés pour les écoles et les collèges prioritaires
Lancé par la Ville de Paris, en partenariat avec l’Éducation nationale, le dispositif « Tous mobilisés pour les écoles et les collèges prioritaires » vise à apporter des réponses rapides et ciblées aux besoins exprimés par les communautés éducatives de 13 établissements scolaires situés dans des quartiers populaires. L’objectif est de redonner de l’attractivité à des établissements qui rencontrent davantage de difficultés et souffrent d’un déficit d’image.
Une concertation a été engagée, au printemps, pour recueillir les attentes et les besoins prioritaires de l’ensemble de membres de la communauté éducative (enseignants, élèves, parents d’élèves, agents de la Ville…) dans chaque établissement concerné. Elle a permis de construire des plans d’actions pour chaque école ou collège visant l’amélioration du cadre de vie et des conditions d’accueil, un meilleur accompagnement des équipes éducatives, l’amélioration du climat scolaire, l’amélioration des conditions d’apprentissage pour les élèves, l’amélioration des relations avec les familles, une meilleure insertion des établissements dans leur environnement. Des actions d’embellissement, des opérations de travaux mais aussi la mise en place de partenariats associatifs ou encore la création de lieux polyvalents pouvant accueillir les parents ont été réalisées à l’été ou le seront au cours de cette année scolaire. Il s’agit de répondre, en même temps, et dans leur ensemble aux problématiques identifiées, ce qui suppose une action concertée et coordonnée des différents services de la Ville dont dépend la réponse attendue (DASCO, DPA, DVD, DAC, DASES etc.) mais également du Rectorat. L’ambition de cette mobilisation est de poser un cadre permettant de tirer profit de la dynamique engagée au-delà des établissements directement concernés.
Réussite éducative
Le dispositif parisien de réussite éducative s’adresse aux enfants et adolescents de 2 à 16 ans scolarisés dans des établissements relevant des réseaux d’éducation prioritaire et/ou habitant dans des quartiers inscrits dans la géographie de la politique de la Ville, en leur apportant un soutien éducatif, social, culturel ou en santé.Le programme comprend deux volets conjoints :
  • un volet individualisé se traduisant par la mise en œuvre de parcours individualisés de réussite éducative pour des enfants le nécessitant et leurs familles ;
  • un volet collectif de développement d’actions locales et transversales, présentant une approche individualisée pour les enfants en parcours de réussite éducative (accompagnement à la scolarité renforcé, prestations d’interprétariat, accompagnement physique des enfants vers des structures de soin, projets de soutien psychologique, médiation parents-école, etc.).
Après 10 années de fonctionnement, et une montée en charge progressive, le dispositif parisien a su démontrer sa plus-value auprès de la communauté éducative et des familles. Ainsi, le nombre de parcours individualisés continue de croître tout en se diversifiant, via notamment la mise en place de parcours dits "Pelleport" et "Passerelles", qui concernent des élèves ayant suivi des actions de remobilisation au sein de l’accueil Pelleport ou ayant été exclus temporairement de leur collège et ayant été pris en charge dans les 3 centres d’accueil financés par la Ville de Paris. En effet, depuis sa création, plus de 7500 parcours individualisés ont été mis en place, dont 1 302 pour l’année scolaire 2016 – 2017 (chiffres en cours de consolidation).
Ce dispositif partenarial réunit dans le cadre d’un GIP (Groupement d’Intérêt Public) la Préfecture de Paris, l’Académie, la CAF et la Ville de Paris. L’investissement de la collectivité se traduit par la mise à disposition de personnels (17 ETP) et de moyens logistiques de fonctionnement.
Le GIP pour la réussite éducative à Paris a été prorogé pour une durée de 5 ans, de janvier 2016 à décembre 2020, afin de s’inscrire sur la même durée que le Contrat de Ville parisien.
Les Ateliers Santé Ville (ASV)
Outil de la politique de la ville, les Ateliers Santé Ville (ASV) ont pour objectif de réduire les inégalités sociales et territoriales de santé en positionnant des ressources en termes de coordination, d’animation de réseaux, de médiation et d’appui aux projets locaux au cœur des quartiers de la politique de la ville.3 axes de travail guident leur action dans les territoires :
  • l’accès à la santé
  • la santé des femmes
  • la santé des jeunes
Les coordinateurs ASV pilotent ainsi la mise en place de diagnostics locaux de santé, le déploiement d’actions spécifiques concernant la prévention, l’éducation à la santé et l’amélioration de l’accès aux soins. Elles assurent également une meilleure coordination des professionnels de santé tant libéraux que publics et associatifs sur les territoires prioritaires.

Paris.fr utilise des cookies à des fins statistiques, pour le fonctionnement des vidéos ou fonctionnalités de partage par des services tiers. En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur utilisation.