La Nuit Blanche est de retour… et passe à l’heure d’été !

Évènement
Mise à jour le 30/05/2023
Attention, cet article n'a pas été mis à jour depuis le 30/05/2023, il est possible que son contenu soit obsolète.
Rendez-vous le samedi 3 juin 2023 à partir de 18h, et jusqu’au bout de la nuit, à l’occasion de la nouvelle édition de la Nuit Blanche qui, pour la première fois depuis sa création, se met aux couleurs de l'été. Laissez-vous guider : on vous dit tout sur les événements à ne pas manquer dans le 10e !

Quand l'art contemporain investit les rues de Paris pour une nuit magique

Créée en 2002 par la Ville de Paris, la Nuit Blanche est devenue un rendez-vous majeur de la vie culturelle parisienne. Unique en son genre, cette grande manifestation est l’occasion, pour l’art contemporain, d’investir les rues et monuments de Paris et de la Métropole du Grand Paris, invitant habitants et touristes à déambuler librement dans la ville à la découverte de 200 projets artistiques nationaux et internationaux. Sculptures, projections, concerts ou encore installations temporaires se retrouveront ainsi répartis aux quatre coins de la capitale pour nous faire vivre une nuit inoubliable.
Traditionnellement organisée le premier samedi d’octobre, la Nuit Blanche se fait estivale pour nous laisser profiter de la douceur de l’air, mais elle reste bien sûr entièrement gratuite !

Les événements à ne pas manquer dans le 10e

Maison de l'architecture Île-de-France
« JE SUIS CATHÉDRALE », réalisée par l’artiste québécoise Carole Simard-Laflamme, est une œuvre qui s’explore de l’intérieur. Composée de 12 rangées, placée au sol ou en hauteur, elle devient un habitat et invite le visiteur à découvrir les vibrations successives de couleurs et de textures au son d’une musique composée par Marie Pelletier et montée par Simon-Émile Pelletier.
Métaphore poétique et philosophique de la fibre humaine, la trame tout entière se tisse de la matière-mémoire d’hommes et de femmes de toutes origines. À travers ce contenu symbolique doublé d’une structure sociologique, l’artiste questionne la mémoire, les souvenirs, l’identité, la diversité, le patrimoine, la transmission, le savoir-faire et le faire-savoir.
Maison de l’architecture Île-de-France / Chapelle des Récollets, 148 rue du Faubourg Saint-Martin, 10e
Entrée libre de 19h à 2h
Médiathèque Françoise Sagan
StaccaToy, fondé en 2016 par Emmanuelle Tat, réunit 8 pianistes-concertistes jouant sur des mini-pianos, également appelés toy pianos. Ensemble, ils développent un répertoire inédit afin d’explorer ce matériau sonore singulier à travers des créations de compositeurs contemporains tels que Pierre Bastaroli, Martin Loridan et Alexandre Bouvier. Ce répertoire fait apparaître des esthétiques variées mêlant présence d’électroacoustiques live, improvisation libre, accessoires et jeux bruitistes.
Dans le cadre de la Nuit Blanche 2023, le visiteur sera invité à déambuler dans le Carré Saint-Lazare pour découvrir L'Art du Toy Piano (30 minutes : 19h, 21h et 23h), joué en alternance avec les représentations de la compagnie Les Résilient.e.s, La Parole des vents (20 minutes : 19h30, 21h30 et 23h30), et celles de la compagnie Projet Total, Soleil de minuit (30 minutes : 20h, 22h et minuit). Pour plus d'informations, voir ci-dessous : Centre sportif Marie Paradis.
Médiathèque Françoise Sagan, 8 rue Léon Schwartzenberg, Paris 10e
Entrée libre de 19h à 23h
Le Point Éphémère
Pour la Nuit Blanche, le Point Éphémère s’associe à l’ISEA pour exposer trois des artistes lauréats du Symposium 2023 : Dasha Ilina, dont le travail est une réflexion sur la technologie ; Yoon Chung Han, spécialisée dans les médias interactifs ; et Anne Marie Maes, artiste pluridisciplinaire combinant art et sciences. Toutes trois ont en commun de porter une réflexion sur les questions de technologie, de biologie et de sciences. Leurs installations seront présentées comme un parcours artistique au cœur de l'emblématique Point Éphémère.
Le Point Éphémère, 200 quai de Valmy, Paris 10e
Entrée libre de 19h à 3h
Canal Saint-Martin
Mark Michaelson est un artiste et designer graphique qui vit et travaille dans l’État du Rhode Island, aux États-Unis. Collectionneur de photos d’identité judiciaires, il a créé de nombreux projets d’arts urbains à partir de cette collection intitulée Last Wanted, inspiré par les artistes français de la discipline.
À l’occasion de la Nuit Blanche, il propose un nouveau projet artistique diffusé à l’échelle de la ville : Fleur de Least, la multiplication graphique d’une simple fleur, la marguerite, pour illustrer notre besoin essentiel d'espaces verts.
Des centaines de cartes jaunes scanderont les berges de la Seine pour indiquer le chemin sur la voie Georges Pompidou et le long du canal Saint-Martin. Chaque carte, réalisée avec l’aide d’Annie Sperling pour l’orientation écologique, est fabriquée à partir de papier ensemencé, 100 % recyclé et soluble, et contient dans sa fibre des graines intégrées. Elles se décomposeront au fur et à mesure du temps et des intempéries, libérant ainsi des graines de fleurs sauvages dans les interstices de la capitale.
Canal Saint-Martin, 10e
De 19h à 2h
Immix Galerie – Espace Jemmapes
À l’occasion de cette nouvelle édition de la Nuit Blanche à Paris, l'artiste Daphné Le Sergent, par ailleurs maître de conférences à l’Université Paris 8, a décidé de mettre en lumière le travail de jeunes artistes et d’anciens étudiants de son séminaire pratique. Exposition, performances et installations vont de la photographie à la poésie, de la capture de la lumière à la tache, de la tache à la forme et de la nuée à l’image. Il sera question d’images poétiques, d’évocations formelles et de métaphores visuelles, de la mémoire enfouie des choses, spatialisée en l’être puis dans l’œuvre. Et ces images sont des coquilles vides, des lieux de résistance face à la conception hégémonique d’une mémoire consignée dans les data centers où la nuée devient « cloud ».
Immix Galerie Espaces Jemmapes – CRL 10, 116 quai de Jemmapes, 10e
Entrée libre de 20h à 23h30
Jardin Villemin
Le collectif d'artistes Tamsjadi&Schmidt vit et travaille à Berlin et à Hambourg. Issus des domaines du théâtre et de la photographie, Sinta Tamsjadi et Thomas Schmidt travaillent ensemble depuis 2015 et se photographient eux-mêmes dans leurs travaux au sein d’une performance en studio avec un retardateur.
Dans les cinq images de la série Asche (« From Ashes to Dust ») présentées au jardin Villemin dans le cadre de la Nuit Blanche, Tamsjadi&Schmidt a travaillé avec des cendres, qui symbolisent le passage de la vie en mort. Ici aussi, ils se photographient dans une performance en studio avec un retardateur et s'exposent ainsi à des pluies de cendres pour explorer les notions de transformation, d'éphémère, de transcendance et d'éternité.
Jardin Villemin, 14 rue des Récollets, Paris 10e
Entrée libre de 19h à 2h
Hôtel du Nord
Passionné par la restauration et le cinéma, Florian Cadiou, après des études de théâtre et un passage dans Les Innocents, de Bertolucci, puis dans Emily in Paris, a racheté avec ses associés le mythique Hôtel du Nord, lieu qui réunit trois passions : le cinéma, la littérature et le bistrot.
En première partie de soirée sera proposé un concert de jazz autour des Année folles. Puis les fondateurs du nouveau « Cinéma Club de l’Hôtel du Nord » proposeront aux cinéphiles une projection du légendaire film Hôtel du Nord, de Marcel Carné, avec Arletty et Louis Jouvet en têtes d’affiche.
Hôtel du Nord, 102 quai de Jemmapes, Paris 10e
(horaires en attente de confirmation)
Centre sportif Marie Paradis

SOLEIL DE MINUIT

Performeuse et chorégraphe, Thalia Pigier est diplômée en dramaturgies de l'École normale supérieure et vit à Paris. Elle travaille sur les relations unissant corps, objets et espace, s'intéressant aux histoires de ceux qui n'ont pas la parole (végétaux, bâtiments…) et développant des systèmes dramaturgiques post-dramatiques pour mettre en scène ces histoires.
Dans Soleil de Minuit, nous oscillons entre la ville et ce qui la précède ; corps entre les époques, nous sommes à la fois les statues de la ville et celles et ceux qui viennent les déboulonner. À la manière d’archéologues du mouvement, nous cherchons les traces d'un rituel ancien. Un jour une danse a existé, elle visait à empêcher le soleil de se coucher et aujourd’hui nous tentons à notre tour de créer un jour sans fin, cherchant sous l'asphalte la joie d'être ensemble. Ce soir, il n'y aura pas d'éclipse, nous attendons le Soleil de minuit. Demain n'est que la promesse d'aujourd'hui de ne point s'assombrir.
Trois représentations de Soleil de minuit (durée : 30 minutes) seront données à l'extérieur du Centre sportif Marie Paradis à 20h, 22h et minuit, en alternance avec les représentations de l'Ensemble Staccatoy, L'Art du Toy Piano (19h, 21h et 23h / voir plus haut : Médiathèque Françoise Sagan) et celles de la compagnie Les Résilient.e.s, La Parole des vents (19h30, 20h30 et 21h30).

LA PAROLE DES VENTS

Chorégraphe et directrice artistique, Amel Khaies a rassemblé quatorze jeunes danseurs issus de cultures et de genres artistiques très variés autour d’un projet chorégraphique fort : Les Résilient.e.s. Breakeurs, danseurs contemporains, électro, urbains et techniciens dansent ainsi leur héritage, leur réflexion sur la jeunesse, leurs avenirs et leurs doutes.
La Parole des vents est une pièce chorégraphique pour six danseurs, avec des inspirations issues du contemporain et des danses urbaines. À travers cette pièce, les artistes sont invités à utiliser la parole comme un outil de guérison les guidant vers la résilience et l’acceptation de soi.
Trois représentations de La Parole des vents (durée : 20 minutes) seront données à l'extérieur du centre sportif Marie Paradis à 19h30, 20h30 et 21h30.
Centre sportif Marie Paradis (ex Saint-Lazare), 5 rue Léon Schwartzenberg, 10e
Entrée libre de 20h à 0h30
Transfo, Emmaüs Solidarité
AD.VM.AV.IA est l'acronyme des protagonistes à l'œuvre ici. Ensemble, ils ont conçu et développé De l’autre côté du polyèdre, une installation mêlant dessin et vidéo, spécialement imaginée pour Transfo, le centre culturel d'Emmaüs Solidarité. À partir d'un détail (un polyèdre) de la gravure La Melencolia (1514) d'Albrecht Dürer, Vera Molnár (artiste française d’origine hongroise, pionnière de l'art numérique et algorithmique) et aurèce vettier (nom du collectif hybride fondé par le Français Paul Mouginot) ont créé un dispositif inédit s’appuyant sur une intelligence artificielle.
Transfo, Emmaüs Solidarité, 36 rue Jacques Louvel-Tessier, 10e
Entrée libre de 19h à 2h.

Informations pratiques

Se repérer :
Pour retrouver l’ensemble des adresses de la programmation du 3 juin 2023 ainsi que des informations sur les œuvres présentées, rendez-vous sur maptsr.com/map/nuitblanche (application gratuite disponible sur IOS et Android). Vous pourrez, via Mapstr, créer votre propre carte « Nuit Blanche » en sélectionnant les œuvres que vous ne voulez absolument pas manquer et même la partager avec vos amis.
Points infos où se renseigner :
  • Avant et pendant la Nuit Blanche : la boutique « Paris Rendez-vous » située au 29 rue de Rivoli, 75004 Paris (10h-19h).
  • Le 3 juin, de 19h à 1h : parvis de l'Hôtel de Ville (4e), place de la Bastille (4e) et port de Solférino (7e).
Et pour retrouver l'intégralité de la programmation à Paris et dans la Métropole du Grand Paris, rendez-vous sur : Nuit Blanche - Ville de Paris.