Ville de Paris

Actualité

Les passerelles du canal Saint-Martin prennent les noms de grandes comédiennes

Mise à jour le 24/03/2022
Alors que nous célébrons le bicentenaire du canal Saint-Martin, les passerelles du canal Saint-Martin prennent les noms de grandes comédiennes de l'histoire du théâtre et du cinéma français.
Mirabeau, Simone de Beauvoir, Charles de Gaulle, Léopold Sédar-Senghor, mais aussi les batailles d'Austerlitz ou de Bir-Hakeim… les ponts de la Seine ont depuis longtemps des noms. Désormais les passerelles du canal Saint-Martin les rejoindront.
Alors que la première pierre en a été posée il y a 200 ans, les élus du 10e et ceux du Conseil de Paris ont adopté un vœu pour baptiser ces passerelles si emblématiques de notre arrondissement.
Dans ce quartier des théâtres, et sur ce site régulièrement choisi comme décor pour le grand écran, il a été choisi de leur donner les noms de comédiennes et d'actrices. Un moyen de faire progresser la place des femmes dans l'espace public (environ 12% des lieux parisiens portent le nom d'une femme).

Dans cet arrondissement des théâtres, dans ce décor si souvent immortalisé au cinéma, il nous a paru, aux élus du 10e et à moi-même, logique et juste de rendre hommage aux grandes comédiennes de notre panthéon.

Alexandra Cordebard
Maire du 10e
Ainsi, sur les neuf passerelles que compte le canal Saint-Martin, trois sont baptisées en cette année 2022, après le vote définitif en Conseil de Paris. Les autres suivront ce mouvement dans les années suivantes.

Arletty : l'atmosphère du 10e

La première comédienne à donner son nom ? Arletty bien sûr ! Trente ans après sa disparition, la célèbre gouailleuse parisienne, immortalisée par Marcel Carné dans "Hôtel du Nord" en 1938, avec sa fameuse "gueule d'atmosphère" continue de marquer l'histoire du canal Saint-Martin. Même si le film avait été tourné en studios, c'est bien sur l'écluse des Récollets qui reste associée à cette actrice majeure du cinéma des années d'avant-guerre : et ainsi, c'est tout naturellement l'ancienne passerelle de la rue de la Grange-aux-Belles qui a pris son nom.
Arletty (1898-1992)
Crédit photo : .

Maria Casarès : tout près d'Albert Camus

Une deuxième passerelle prend à l'automne 2022 le nom de la tragédienne Maria Casarès. Née en Espagne, cette française d'adoption qui aurait eu 100 ans en cette année, fut une grande figure du théâtre des années 1940, 1950 et 1960. Elle a notamment participé aux premières éditions du festival d'Avignon, au sein de la troupe du Théâtre National Populaire de Jean Vilar. En voyant son nom s'inscrire dans le 10e (l'ancien pont de la rue Eugène Varlin) elle rejoindra ainsi celui qui fut son grand amour, Albert Camus, dont une rue porte le nom dans le quartier voisin de la Grange-aux-Belles.
Maria Casarès (1922-1996)
Crédit photo : Studio Harcourt / Ministère de la Culture / RMN-Grand Palais - AFP

Emmanuelle Riva, entre théâtre et cinéma

Enfin, troisième époque avec Emmanuelle Riva. Révélée en 1959 par "Hiroshima mon amour" d'Alain Resnais, sa longue carrière l'a longtemps conduite vers les planches tandis qu'elle se faisait plus discrète sur le grand écran. En 2012, au cours d'une de ses dernières apparitions cinématographiques, dans "Amour" de Michael Haneke, elle reçoit finalement le César de la meilleure actrice. C'est la passerelle de l'avenue Richerand qui portera sa mémoire.
Emmanuelle Riva (1927-2017)
Crédit photo : Argos Films

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations