Ouvrir la recherche
Dossier

Le futur de l'hôpital Lariboisière

Mise à jour le 05/12/2018
Le projet "Nouveau Lariboisière" porté par l'Assistance Publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) dans le 10e, a pour objectif de transformer l’accès aux soins hospitaliers dans le Nord-Est parisien.
Il prévoit notamment la modernisation de l'hôpital avec un nouveau bâtiment qui s'ouvrira largement sur le boulevard de La Chapelle.

Enquête publique

Retrouvez ci-dessous, en téléchargement, les informations réunies au cours de l'enquête publique.

Calendrier

Le chantier est prévu jusqu'en 2024.

En savoir plus

Pour en savoir plus sur le projet de nouvel hôpital Lariboisière, rendez-vous ici.

Déjà moderne en 1854 !

Lorsqu'il est ouvert au milieu du XIXe siècle, l'hôpital Lariboisière est alors l'un des plus modernes de la capitale. Il est construit selon les théories hygiénistes en vogue à l'époque, et répond ainsi aux exigences des autorités médicales et de l'Académie des Sciences : circulation et renouvellement de l'air, séparation en plusieurs pavillons, grand jardin… Le conseil des hospices parisiens voulait en faire "un monument de charité, où la philanthropie, où la science et l'art soit développés avec tous les progrès du temps".
Pourtant, si le nouvel hôpital est d'abord jugé calme, agréable, commode dans la répartition des malades, il est très vite critiqué en raison des trop grandes distances à parcourir entre les différents services, pour le trop grand nombre de portiques et d'escaliers, et pour les coûts occasionnés par la gestion d'un tel bâtiment.
Le saviez-vous ?
Avant la construction de l'actuel hôpital Lariboisière, les précédents bâtiments ont porté différents noms. En 1839, c'est l'hôpital du Nord, en 1841 il est renommé hôpital Louis-Phillippe, à la suite de la révolution de 1848 on le rebaptise hôpital de la République, et c'est seulement lors de l'inauguration des nouveaux bâtiments en 1854 qu'il prend son nom actuel.

Ce nom est celui d’Élisa de Lariboisière (1794-1851) qui, atteinte d'une maladie incurable, avait souhaité léguer son immense fortune (environ 8 millions de francs) à la Ville de Paris, pour que celle-ci fonde un hôpital. Il existe d'ailleurs un monument élevé à sa mémoire, dans la chapelle de l'hôpital.

Paris.fr utilise des cookies à des fins statistiques, pour le fonctionnement des vidéos ou fonctionnalités de partage par des services tiers. En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur utilisation.