Ville de Paris

Évènement

Journées du Patrimoine 2022 : (re)découvrez les trésors et les secrets du 10e

Mise à jour le 18/08/2022
Pour leur 39e édition, les Journées européennes du Patrimoine vous invitent à (re)découvrir les lieux emblématiques du 10e et de Paris autour du thème "Patrimoine durable", proposé par le Conseil de l’Europe et la Commission européenne. Le samedi 17 et le dimanche 18 septembre prochains, profitez des quelques 20 000 animations proposées en France : elles vous ouvriront les portes de monuments célèbres comme de leurs coulisses cachées !
Et pour tout savoir sur les monuments ouverts au public, rendez-vous sur le site officiel des Journées européennes du patrimoine, par ici !
Pourquoi un patrimoine durable ?
Le patrimoine historique, architectural, culturel et immatériel constitue notre réservoir de pratiques, de traditions et de savoir-faire. C'est en réinterrogeant ces biens communs et inaliénables que nous pourrons tirer des enseignements pour bâtir un avenir plus durable.

D'ores et déjà, les acteurs du patrimoine mettent tout en œuvre pour prendre soin de notre patrimoine dans le respect de l'environnement, en privilégiant le réemploi et les matériaux naturels pour les travaux restauration. La résilience énergétique des monuments historiques rime avec résilience sociale, car elle implique une ressource d'emplois non délocalisables.

L'importance du patrimoine, ça s'apprend à l'école. C'est pourquoi dès le vendredi 16 septembre, les élèves pourront participer à l'initiative « Levez les yeux ! », pour découvrir les monuments de leur région et pour s'éveiller à l’importance de leur protection et de leur valorisation.

Le patrimoine culturel

La médiathèque Françoise Sagan : les trésors du fonds "Heure joyeuse" dévoilés

La médiathèque Françoise-Sagan s’inscrit dans un lieu emblématique de l’histoire parisienne, le Carré Saint-Lazare, qui existe depuis le XIIe siècle. D’abord léproserie puis congrégation de la Mission de saint-Vincent-de-Paul, il se transforme en lieu de détention sous la Révolution, puis en prison-hôpital pour femmes au début du XIXe siècle. Le bâtiment actuel est ce qui reste de l’hôpital érigé au XIXe siècle par Louis-Pierre Baltard.
La médiathèque Françoise Sagan vous propose de visiter les collections patrimoniales du fonds "Heure joyeuse", en grande partie nichés au cœur du bâtiment et habituellement inaccessibles au grand public. Ce sera aussi l'occasion d'échanger avec les bibliothécaires autour des notions de conservation préventive et de valeur patrimoniale des œuvres !
Adresse : 8, rue Léon Schwartzenberg
Visites : samedi 17 et dimanche 18 septembre, de 13h à 18h.
Entrée libre.
Florence Morisson - Ville de Paris

Le lycée Colbert : l'histoire de la pédagogie des disciplines techniques

En 1833 la loi « Guizot » ordonnait l’ouverture d'E.P.S. (Écoles Primaires Supérieures) dans les villes de plus de 6000 habitants. L’E.P.S. Colbert fut fondée en 1868 : ce fut la deuxième E.P.S. à voir le jour à Paris. Les Écoles Primaire Supérieures ont permis aux élèves des milieux populaires de poursuivre leurs études au delà du certificat d'études et d'obtenir des diplômes d'ingénieurs, de chimistes, de cadres commerciaux en étudiant les sciences, les mathématiques et les nouvelles techniques en plein essor à la fin du XIXe siècle. L'innovation pédagogique comme le cinéma, et l'utilisation de lanternes pour projeter des photographies sur des plaques de verre était utilisée pour mieux connaitre le monde. Le français, la poésie et le dessin participaient à cette éducation "moderne".
Depuis le XIXe siècle, le lycée Colbert a recueilli et conservé un patrimoine de supports pédagogiques qui compte 1846 plaques de verre datant de la Belle Époque. De nos jours, elles constituent une ressource inestimable sur la manière d'enseigner les innovations techniques (fonds photographique Colbert), ou l'enseignement des sciences naturelles (modèles du Docteur Auzoux). Pour les journées du patrimoine, venez découvrir ce trésor de la pédagogie !
Adresse : 27, rue du Château-Landon
Visites : samedi 17 septembre, de 10h à 19h
Entrée libre.

La Maison Poursin : un savoir-faire presque bicentenaire

La Maison Poursin est la plus ancienne manufacture parisienne encore en activité, spécialisée dans les créations de boucleries et cuivrerie en laiton. Son savoir-faire de prestige qui a traversé les siècles est connu dans le monde entier et de nombreux créateurs d'hier et d'aujourd'hui ont franchi le seuil de la boutique et des ateliers situés rue des Vinaigriers dans le 10e. L'histoire de cette entreprise familiale débute en 1830, elle fut longtemps spécialisée dans les articles de sellerie et les harnais d'attelage, équipant aussi bien les gibernes napoléoniennes que les carrosses et remportant de nombreux prix aux expositions universelles de 1880 et 1914.
Dans les années 1910, « le cheval à vapeur » supplantant l'animal, la Maison Poursin étend son savoir-faire d'exception à la maroquinerie très haut de gamme.
Une visite guidée pour découvrir les trésors de l'incroyable Maison Poursin, de la boutique et de son petit musée, puis des ateliers pour découvrir comment on fabrique une boucle à partir du laiton.
Adresse : 35, rue des Vinaigriers
Visites : 2 visites par jour, les 17 et 18 septembre 2022, par groupe de 15 personnes maximum.
Entrée sur inscription par courriel ([agnes puis airpresse.com après le signe @]ntarf@nvecerffr.pbz[agnes puis airpresse.com après le signe @]).

L'hôpital Saint-Louis et le musée des moulages : pour les cœurs bien accrochés

Édifié au tout début du XVIIe siècle sous le règne d'Henri IV, qui posa lui-même la première pierre de la chapelle en 1607, l'hôpital Saint-Louis est créé pour désengorger l'Hôtel Dieu lors des épidémies de peste. Son quadrilatère historique, semblable à la place des Vosges, et sa chapelle sont témoins de cette époque. Autre site remarquable, le musée des moulages raconte l'histoire de la dermatologie, qui prit naissance à Saint Louis au XIXe siècle. Il dispose de 4 collections de moulages en cire représentant les maladies de la peau, réalisés pour l'enseignement des dermatologues à la fin du XIXe et au début du XXe siècles. L'hôpital Saint-Louis est aujourd'hui un hôpital de spécialités comme la dermatologie, l'hématologie, la cancérologie.
L'effrayante collection des moulages du musée de l’hôpital Saint-Louis est, avec près de 5 000 pièces, la plus importante au monde. Ces moulages, réalisés de 1865 à 1958 par Jules Baretta et ses successeurs, ne font plus partie aujourd’hui des supports d’enseignement de la dermatologie, mais ils restent un élément déterminant de l’histoire de la médecine et de la représentation de l’homme malade, tout autant qu'un patrimoine artistique à préserver.

Une exposition d'art contemporain dans la salle des moulages

Une installation de Sophie Delpeux et Marc Bauer visitable jusqu'au mercredi 30 novembre 2022.
Cette exposition est le résultat d’une année d’échanges entre Sophie Delpeux et Marc Bauer. Dans l’espace de la salle des moulages, ce dialogue prend la forme d’une co-création conditionnée par la spécificité de ce lieu, son histoire, ses usages et les mémoires qu’il conserve.
Les regards de Sophie Delpeux et Marc Bauer se croisent dans cette installation qui cherche à modifier les conditions de visibilité de cette collection pour révéler les rapports de pouvoir que gestes et regards médicaux pouvaient imprimer sur le corps du XIXe siècle.
Adresse : 1, avenue Claude Vellefaux
Visites : samedi 17 et dimanche 18 septembre, de 10h30 à 17h30
Entrée libre.

Le patrimoine religieux

La chapelle de l'hôpital Saint-Louis : un monument historique émouvant

Saint-Louis est le plus ancien hôpital parisien commencé sous Henri IV à la suite des épidémies de peste. Malades et soignants vivaient coupés du monde, dans une quasi autarcie rendue possible par la présence de vergers, potagers et cultures de plantes médicinales derrière le mur d'enceinte extérieur. On trouvait ensuite quatre bâtiments en équerre abritant les services administratifs et le personnel soignant. À l'extérieur de cette enceinte, une chapelle accueillait et donnait confort aux proches des malades et des soignants enfermés dans ce lazaret. Le roi Henri IV tenait particulièrement à ce bâtiment, au point de poser lui-même la première pierre en 1607 ; ironie du sort, la première messe célébrée dans la chapelle de l'hôpital Saint-Louis fut celle mortuaire d'Henri IV, assassiné en 1610 par François Ravaillac.
Voici un poème de Claire Simon (2010) pour accompagner votre visite à la chapelle :
C’est une jolie petite chapelle,
Sise à Paris, rue de la Grange aux Belles.
Laissée là par un nuage,
En souvenir d'un roi sage.
Elle se cache, toute blanche,
Derrière un grand mur noir.
Là où la vie faiblit et la douleur se retranche,
Elle accueille les pleurs, les deuils et le désespoir.
Fugace rayon de lumière,
L’hiver la dévoile secrète et fière.
Grave, d’une austère élégance
Elle porte la beauté de l'espérance.

Sur le triste chemin de Montfaucon,
En silence, nous y prions,
Pour ceux qui sont morts mourront ou vivront
Pour les riches de maux et les pauvres de foi,
Pour leurs prières se fracassant sur les falaises du pourquoi.
Dans son chœur tout blanc sans fleurs ni anges dorés,
S’y trouve l'Amour qui console nos secrets,
S’y trouve la Parole qui évite le naufrage,
Petite halte, sur le chemin du partage.

Adresse : 16, rue de la Grange-aux-Belles (entrée possible par l'entrée principale de l'hôpital, au 1, avenue Claude Vellefaux)
Visites : samedi 17 septembre, de 15h à 18h et dimanche 18 septembre de 14h à 18h.
Entrée libre.
Libre de droits

L'église Saint-Laurent : une visite guidée à la découverte de son architecture

Construite sur l’axe Nord-Sud de la capitale, sur une ancienne voie romaine qui reliait Senlis à Orléans, l'église Saint-Laurent est fondée à la fin du Ve siècle, près d'un monastère. Elle traverse plusieurs péripéties pendant le Moyen Âge, d'un incendie à une démolition, mais l'emplacement de l'église est désormais consolidé au cœur du 10e.
La structure actuelle date du début du XVe siècle, dont elle conserve le style gothique flamboyant de l'époque. Le percement des boulevards de Strasbourg et Magenta sous Napoléon III a permis un agrandissement et la création d’une flèche (récemment restaurée), ainsi que la réalisation d’une nouvelle façade, dans le style néogothique, après la démolition de la façade classique datant du XVIIe siècle.
Attardez-vous sur cette façade et sur sa lave émaillée : elle raconte la légende de saint Laurent !
La visite, sur les pas de saint Laurent, de l'abbé Domnole, de sainte Geneviève, de saint Vincent de Paul et de sainte Louise de Marillac, vous fera découvrir l'histoire de l'une des plus vieilles églises parisiennes.
Adresse : 68, boulevard de Magenta
Visites : samedi 17 septembre, de 15h à 17h et dimanche 18 septembre de 15h à 17h.
Entrée libre.

L'église Saint-Vincent-de-Paul vous ouvre ses tribunes et sa terrasse

Érigée entre 1824 et 1844 pour un quartier en pleine expansion qui avait été marqué, deux siècles plus tôt, par la présence de saint Vincent de Paul, on doit l'église à l'architecte Jacques Ignace Hittorff, qui a conçu là une œuvre originale, d'une grande unité, où dominent les formes antiques, grecques et romaines, et où l'intérieur évoque les décors byzantins. La longue frise des saints de la chrétienté, peinte par Hippolyte Flandrin dans la nef, et le grand Christ en majesté de François Édouard Picot sur la voûte du chœur constituent un des ensembles majeurs de la peinture murale du XIXe siècle. En 2011, les laves émaillées (œuvre de Jollivet) sur la façade ont fait leur retour, après avoir été retirées 150 ans plus tôt à cause d'une opinion publique choquée par la nudité d'Ève. Après les travaux de réfection du toit terminés en 2021, l'accès à la terrasse est à nouveau possible (15 personnes maximum) pour admirer les toits de Paris.
Lors des journées du patrimoine, Saint-Vincent-de-Paul peut se découvrir accompagné d'un guide ou en se promenant librement. La terrasse et les tribunes seront exceptionnellement ouvertes au public : une occasion incontournable pour admirer les peintures remarquables qui ornent l'intérieur de l'église !
Adresse : Place Franz Liszt
Visites : dimanche 18 septembre, de 14h à 18h.
Entrée libre.
M10

Le patrimoine ferroviaire

La gare du nord et ses centres opérationnels

Apparu à Paris en 1837, le chemin de fer se développe très rapidement dans la capitale. En 1842, on décide d'ouvrir une ligne vers le Nord du pays.
La Compagnie des Chemins de Fer du Nord lance alors la construction d'un "embarcadère", sur les plans de l'architecte Léonce Reynaud, et le bâtiment est ouvert au public en 1846. On peut désormais se rendre par voie ferrée à Pontoise, Arras, Lille, Valenciennes… Mais l'architecte n'a pas anticipé le succès du train : seulement deux voies avaient été prévues, et dès 1847, l'édifice est jugé trop petit. Il faut cependant une vingtaine d'années pour que le grand projet de l'architecte Jacques-Ignace Hittorff voit le jour. Entre 1861 et 1866, la nouvelle gare du Nord sera en travaux, même si elle sera mise en service dès 1864.

Visite guidée du Centre opérationnel Escale SNCF

Découvrez les coulisses de la gare du Nord grâce à une visite guidée du centre opérationnel Escale de Paris Nord Transilien, véritable tour de contrôle de la gare. Gestion au quotidien du trafic, prise en charge des clients, préparation des trains… Le fonctionnement de la gare du Nord n'aura plus aucun secret pour vous !
Adresse : 39 Boulevard La Chapelle
Visites : vendredi 16 septembre, à 10h00 et à 14h15
Entrée gratuite sur inscription via ce lien (groupes de 6 personnes maximum)

Visite guidée du Centre opérationnel Transilien et du Centre de gestion des circulations

La circulation, dans une gare aussi fréquentée que la gare du Nord, ne s'improvise pas. Venez découvrir comment le Centre opérationnel Transilien des lignes H et K et le Centre opérationnel de gestion des circulations organisent au quotidien les départs et les arrivées de trains et voyageurs. Comment prend-on en charge les situations anormales et les perturbations ? Laissez-vous guider dans une visite d'une heure à la découverte des coulisses des transports franciliens.
Adresse : 173 rue du Faubourg St Denis (entrée par la gare routière)
Visites : vendredi 16 septembre à 10h, 12h, 14h30 et 16h30, samedi 17 et dimanche 18 septembre à 10h et à 12h
Entrée gratuite sur inscription via ce lien (groupes de 10 personnes maximum)

La gare de l'est : un spectacle de son et lumière fait briller sa façade historique

Datant de 1849 et située dans le 10e arrondissement de la capitale, la gare de l’Est fait partie des six plus grandes gares du réseau SNCF à Paris. Conçue par l'architecte François-Alexandre Duquesney et l'ingénieur Pierre Cabanel de Sermet, son architecture sera mise à l'honneur grâce à un spectacle de son et lumière qui sera projeté sur sa façade.
Suivant le fil rouge du thème "patrimoine durable" des journées du patrimoine 2022, ce spectacle nocturne propose des projections autour de la transformation du réseau francilien et notamment de la ligne P, qui passe du diesel à l'électrique.
Adresse : parvis de la gare de l'Est, place du 11 novembre 1918
Visites : vendredi 16 et samedi 17 septembre, à partir de 20h30 (spectacles tous les 15 minutes)
Entrée libre.

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations